Voici le récit de Benoit Guilpin, notre LME Lorientais (qu’on espère voir un jour à un entraînement !) sur son trail Vosgien.
Bravo Benoit, dommage pour le maillot LME, nous les avons reçu juste après ton départ !
N’hésitez pas à nous faire part, comme Benoit, de vos expériences.

« Ce dimanche 10 avril, à Niederbronn les bains, à 8h du matin, j’ai pris le départ d’une aventure sportive et humaine.
La veille du départ, je suis allé prendre la « température » du parcours, le président des Vosgirunners, club organisateur, m’a personnellement donné les derniers conseils et m’a présenté la dernière difficulté : « le col du Wintersberg », là ou tout se joue que l’on soit premier ou dernier, la montée de 11km interminable et très pentue.
Lorsqu’il eut fini sa présentation je me suis légèrement inquiété un court instant. Après une nuit pas vraiment reposante, stress du défi à relever et de ne rien oublier (sac, ravitaillement perso, dossard etc.) je suis parti à l assaut des cols du massif des Vosges du Nord.
Le départ nous a été donné sur un stade de foot, rien que là j »avais déjà battu mon record d’altitude, 180m …
Après le tour complet de la piste d’athlétisme, la seule partie vraiment plane de la journée, nous avons attaqué la 1ère montée sur 3,5km, déjà à son sommet d’énormes écarts s’étaient creusés, je me suis calé dans un groupe d’une vingtaine de coureurs, chacun à notre tour nous avons mené l’allure jusqu’au 1er ravito au 22 ème kilo.
Dans un décor époustouflant, je regrette de ne pas avoir pris de photos, certains camarades ne s’en sont pas privé, tous mes plans alimentaires ont volé en éclat, comment résister à une tarte flambée fabriquée sur place par une mamie, dans un vrai four à pain au fond d une vallée, je n’ai pas hésité une seconde, un véritable moment de plaisir. Après avoir rempli le ventre et les réserves d’eau, je suis reparti pour 20km de montées et de descentes, dans certaines portions sur 2-3-4 km, je me suis retrouvé seul, autant j’ai admiré le paysage et fait du tourisme sur la 1ère partie, autant là, c’était un peu plus difficile moralement car je devais refaire systématiquement mon retard sur les quelques éléments du groupe de départ, donc fallait pas se poser de questions surtout que les barrières horaires sont un juge implacable, je les ai toutes passées dans les temps mais il faut les garder à l’esprit.
Enfin me voilà arrivé au 2ème ravito, 42km en 5h15, d’ailleurs j’y ai arrosé un premier exploit sportif, au coca, mon premier marathon, je n’ai jamais couru de marathon… Me voilà donc au pied du monstre: le méchant « Wintersberg » ,
j’ai suivi les conseils de mes camarades traileurs : « monte tranquillement et garde le même rythme » …11km d’une traite sans répit.
Le corps et la tête répondaient bien, les pieds un peu moins!! L’ampoule tant redoutée sous le gros orteil s’est allumée de mille feux, il fallait tenir coûte que coûte, ne pas se fixer sur cette douleur lente mais constante et à chaque pas toujours plus forte, là encore, se retrouver de nouveau seul dans un paysage éblouissant qui ne défile plus aussi vite qu’au début de l’aventure, cela augmente la difficulté, mais je n’ai rien lâché.
Et au pied d’une tour du 15ème siècle, en grès rose des Vosges, j’ai vaincu le terrible col, et j’y ai apprécié le dernier ravito (50ème), celui qui annonce la dernière descente (8 km) qui m’ont paru une éternité : savoir descendre, ça s’apprend et ça fait une grande différence, on peut gagner du temps mais surtout en perdre. La fatigue et le manque de lucidité ont bien failli me coûter cher.
Les derniers lacets du col s’effacent et la musique du car podium de l’organisation se fait entendre, durant quelques secondes beaucoup d’émotions sont remontées ainsi que le film de toute cette merveilleuse journée.
Je franchi la ligne d’arrivée après 8h02min30, accueilli par ma femme qui m’a soutenu toute la journée en me retrouvant sur les différents ravitaillement.
J’ai terminé 154ème sur 302 au départ seulement 219 ont fini la course, 70 mis hors délai et les autres ont abandonné…
Une chose est sûre, je recommence l’année prochaine.
A bientôt pour de nouvelles aventures »
Benoit Guilpin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s